Apprendre à s’écouter dans les prisons brésiliennes

Juil 6, 2023

Le 4 septembre 2021, HarperOne publiait le livre remarquable de Prem Rawat, Apprendre à s’écouter : Comment trouver la paix dans le bruit du monde. Deux semaines plus part, il devenait un best-seller du New York Times.

Depuis sa publication, il y a presque deux ans, plus de 175 000 exemplaires d’Apprendre à s’écouter ont été vendus dans déjà huit langues : espagnol, italien, français, anglais, portugais, allemand, hindi et grec. À Lucknow, en Inde, ce 2 avril, Prem Rawat a en outre battu le Record Guinness mondial de la lecture en public d’un livre par son auteur : au cours d’un rassemblement sans précédent, 114 704 personnes ont écouté Prem lire le troisième chapitre entier d’Apprendre à s’écouter.

Au moment de la publication du livre, ni HarperOne, ni Prem Rawat n’auraient pu prédire qu’à peine une année plus tard, Apprendre à s’écouter allait captiver l’attention d’une catégorie de personnes pas particulièrement ciblée au départ : les détenus des prisons brésiliennes.

Mais c’est exactement ce qui s’est passé !

Une idée qui tombait très bien

Peu après la publication d’Apprendre à s’écouter en portugais, Ivette Belfort, ainsi que l’équipe de bénévoles qui depuis 2011 présentent le Programme d’éducation pour la paix dans les prisons brésiliennes, ont eu une super idée : 

« Pourquoi ne pas introduire le livre
de Prem Rawat dans les prisons ? »

Il se trouve que le Programme d’éducation pour la paix de la Fondation Prem Rawat, une série d’ateliers qui utilisent des vidéos de Prem Rawat, explore une gamme de sujets semblables à ceux qui sont abordés dans Apprendre à s’écouter. Et cette idée n’aurait pu arriver à un moment plus opportun puisque l’administration pénitentiaire São Paulo était justement à la recherche de nouvelles méthodes pour soutenir les 200 000 prisonniers de leur région.

Une étude exhaustive a en outre confirmé les bienfaits profonds du Programme d’éducation pour la paix sur les détenus au Brésil : diminution de l’anxiété et amélioration de la conscience de soi et de l’appréciation de la vie.

Il faut de plus signaler que les consignes des prisons brésiliennes encouragent les détenus à lire et que leur durée d’incarcération peut même être réduite si certaines exigences de lecture sont satisfaites.

Inspirée par le message d’Apprendre à s’écouter, Ivete, ainsi que l’ONG avec laquelle elle travaille en collaboration étroite (la SATPR), ont ainsi contacté les autorités pénitentiaires brésiliennes (la FUNAP) et leur ont suggéré cette nouvelle démarche : mettre le livre de Prem à la disponibilité des détenus.

Un départ modeste aux résultats surprenants

À l’époque, l’idée d’introduire Apprendre à s’écouter dans le système pénitentiaire brésilien paraissait bien ambitieuse : la FUNAP demandait en effet aux auteurs et aux maisons d’édition un don de 2000 livres minimum pour être pris en considération, alors que les ressources limitées de la SATPR ne lui permettaient pas d’offrir plus de 40 livres. Étonnament, la FUNAP a décidé de renoncer à son minimum de 2000 livres et s’est déclaré prête à tester le projet de lecture d’Apprendre à s’écouter dans un petit nombre de prisons triées sur le volet.

Les premiers programmes pilotes ont débutés en 2022, avec une centaine de livres dans cinq prisons. Les résultats ont été très encourageants.

Motivés par le retour positif des détenus et de l’administration des prisons, les bénévoles d’Apprendre à s’écouter ont alors lancé une série de collectes de fonds, dans le but d’offrir d’avantage de livres. Plusieurs tombolas et la vente de t-shirts et de tasses inspirés par le projet ont ainsi permis de faire don de 400 livres supplémentaires aux prisons de São Paulo. Peu de temps après, la SATPR as signé un contrat officiel avec le secrétaire de l’Administration pénitentiaire et le projet a pris son envol.

Une deuxième vague de dons a permis à ce projet d’atteindre chaque mois 1000 prisonniers, dans 50 prisons. La FUNAP a en outre inclus le livre dans cinq clubs de lecture et 10 bibliothèques de prison.

Un des aspects innovants du projet dans les prisons brésiliennes est la façon dont le livre est présenté aux détenus. Il n’est pas seulement prêté ou mis à disposition dans des bibliothèques mais un atelier d’accompagnement interactif a été mis en place. Il s’inspire des modules du Programme d’éducation pour la paix. La principale distinction : l’enseignement s’articule non pas autour de vidéos mais autour des chapitres du livre.

Le fonctionnement de ces ateliers :

  1. Les détenus postulent pour le programme et reçoivent peu après une copie d’Apprendre à s’écouter.
  2. Les détenus assistent aux ateliers hebdomadaires du programme, animés soit par un des leurs, qui a reçu une formation, soit par un bénévole du programme. 
  3. Avant chaque atelier, les participants doivent lire un chapitre du livre.
  4. Pendant des périodes de réflexion, les participants prennent des notes qu’ils soumettent ensuite aux bénévoles du SATPR.
  5. Les bénévoles du SATPR examinent les essais des détenus et transmettent leurs recommandations de réduction de peine aux administrateurs des prisons.

Une autre réussite surprenante du projet : le nombre de bénévoles qui ont offert d’aider. Depuis 2020, plus de 3000 personnes chaque année ont postulé en tant que bénévoles. La seule condition requise : avoir pris part au Programme d’éducation pour la paix et/ou avoir lu Apprendre à s’écouter pour pouvoir saisir le contexte des documents présentés aux détenus.

Environ 300 personnes participent actuellement chaque semaine en tant que bénévoles.

Si vous souhaitez participer, veuillez cliquer ici.

Les paramètres de ce succès

Le programme “Apprendre à s’écouter” au Brésil est-il une réussite ? Sans aucun doute ! Les résultats suivants en sont une bonne mesure de son succès:

  • Les directeurs de prison font des demandes régulières de plus de livres.
  • Les détenus ne tarissent pas d’éloges pour le programme “Apprendre à s’écouter”, dans leurs essais. 
  • Ivete revient régulièrement de ses visites dans les prisons avec des anecdotes enthousiastes.
  • Le programme continue à évoluer grâce aux suggestions régulières des administrateurs de prisons.
  • Le livre atteint des secteurs de prisons qui n’avaient pas eu droit à des programmes extérieurs jusque là, tels que les enclaves d’isolement cellulaire ou de haute violence.
  • La FUNAP veut introduire la lecture du livre dans toutes les bibliothèques de prison de l’état de São Paulo.
  • L’état de Minas Gerais prévoit de mettre “Apprendre à s’écouter” à la disposition de ses 100 000 incarcérés, en parallèle avec le Programme d’éducation pour la paix.
  • Certains établissements pénitentiaires qui, malgré leur intérêt, ne pouvaient pas offrir le Programme d’éducation pour la paix – par manque d’espace ou du fait que leurs détenus n’y passent que 15 jours – ont maintenant une nouvelle option pour introduire ceux-ci à la paix personnelle.

Le programme à grande échelle

L’un des aspects les plus inspirants du programme « Hear Yourself » (Apprendre à s’écouter) au Brésil est qu’Ivete et son équipe de bénévoles ont établi un modèle permettant de transposer le programme dans pratiquement n’importe quelle prison du monde, un monde, dont la population carcérale dépasse aujourd’hui 11,5 millions de personnes.

Ils sont désormais disponibles pour conseiller, guider et encadrer toute personne désireuse de suivre leur exemple.

Si vous souhaitez explorer les possibilités de lancer une initiative similairedans votre ville ou votre pays, contactez Ivete Belfort ([email protected]).

 

 

Recent Articles

Vivre consciemment

Vivre consciemment

L'essence de ce que Prem Rawat offre aux gens est très simple : la...

La force du coeur

La force du coeur

Ce qu‘offre Prem Rawat aux gens, est très simple : comprendre et faire...

Articles by Category