Votre désir le plus vrai

Ce qui compte, c’est ce que vous savez. Dans le désert, quand vous avez soif, ce ne sont pas des photos d’eau qui vous seront d’une aide quelconque, mais plutôt l’eau qui se trouve dans votre gourde et qui étanchera votre soif.

Alors, que savez-vous ? Que savez-vous de vous ? Vous ! Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous êtes ? Quel sens ça a d’être en vie ? Quel sens ça a de respirer ? Quel sens ça a d’être capable de comprendre ? Quel est votre désir le plus vrai, le plus vrai ? Quel est votre vœu le plus sincère ? Qu’est-ce qui vous rend heureux, vraiment heureux ? Vraiment heureux ? Pas heureux comme quand on s’amuse, pas heureux comme quand on regarde un film.

Les questions que je viens de poser ne sont pas anodines ; je parle de votre essentiel. Si vous deviez tout perdre, tout : le chat parti, le chien disparu, le mari pfft, l’épouse pfft,  vous pourriez tout de même être heureux ?

Qu’est-ce qui vous rend vraiment heureux, de ce vrai bonheur, de cette joie la plus vraie ? Est-ce une certaine chose ? Ou bien est-ce vous-même ? Votre désir le plus profond, est-ce pour une certaine chose ? Ou bien est-ce pour quelque chose en vous ? En vous. En vous ? Parce que ceci mes amis, ceci, est la demeure de la satisfaction ; ici ! Ici ; pas moi. Vous aussi. Je m’utilise comme exemple, mais c’est pareil pour vous.

Voici la demeure de la paix. Votre demeure, votre demeure. ! Ceci est la demeure du véritable amour. C’est la demeure de la bienveillance. C’est la demeure de la joie ; la joie. C’est la demeure de la lumière. La demeure de la perfection. C’est la demeure suprême. C’est là que réside la réalité.

Alors je viens ici en toute humilité pour vous dire ce que j’ai découvert. Et j’ai trouvé que pour pouvoir m’entendre, je dois me taire. Pour m’entendre, je dois me taire. Pour être présent, tout ce qui me plonge dans la confusion doit être absent. Et quand je peux apprendre à m’écouter, à m’écouter, je suis récompensé par la gratitude : « Merci ! »

– Prem Rawat