Gallery
Feature on Home
Feature order
0
Watch
Watch Title
Watch Duration
Subtitle track

Récemment, Marcia Newm an, rédactrice de PremRawat.com, s’est entretenue pendant 42 minutes, sur Zoom, avec Tom Price, comédien, présentateur à la BBC et à la Magic FM Radio et podcasteur de Great Big Owl. Voici quelques extraits de cette conversation très enjouée.

PremRawat.com :  Hello Tom et merci de votre podcast avec Prem, en avril 2020. C’était l’époque de la grande pénurie de papier de toilette ici, à Los Angeles. Ça paraît bien loin maintenant. Dans ce podcast, vous racontiez que vos deux jeunes garçons vous aidaient, vous et votre femme, à rester sains d’esprit.

Tom Price : Oui, ça paraît une éternité. Le mois dernier, le Covid-19 a déferlé de nouveau sur le nord de Londres, de manière très sérieuse. Se reconfiner, c’est comme prendre un vol long-courrier avec sa femme, ses enfants et son chien, sans savoir quand on va atterrir. Ces derniers temps, nous avons établi une petite routine familiale sympa et sans risques pour nos soirées : nous jouons au foot dans la rue, nous regardons un peu la télé, nous dinons ensemble, puis une fois que les garçons sont couchés, ma femme et moi regardons Star Trek. Tout ce temps passé ensemble, bien plus qu'auparavant, c'était assez incroyable. Franchement, je crois que nous nous rappellerons de cette époque avec beaucoup de gratitude.

PremRawat.com :  Vous avez interviewé Prem pour la première fois en 2017, lors de l’événement de Nottingham, UK, puis de nouveau en 2019 lors de l’événement de Manchester, UK. Quelle impression en avez-vous gardé ?

Tom Price : Quand on m’a demandé d’animer l’événement de Nottingham, je ne savais pas qui était Prem. Je ne sais pas pourquoi c’est à moi que l’on a demandé, mais j’en suis très reconnaissant. J’adore interviewer les gens. C’est au cœur de ce que je fais. Même quand je fais un spectacle de comique, je ‘m’entretiens avec le public. En tant qu’acteur, je veux absorber les choses et avoir un échange avec les gens qui m’entourent. Le faire avec quelqu’un comme Prem, qui a tant de sagesse et d’esprit, et tant à partager... ! Ce type est une mine remarquable d’histoires et de toutes sortes de choses. Ce fut une expérience fantastique. Au départ, j’avais considéré cet événement comme un boulot, mais à la fin de la journée, j’étais vraiment emballé.

PremRawat.com : Tom, j’ai écouté et regardé vos interviews avec Prem et vos dons de curiosité, de présence et d’humour m’ont frappée. C’est très « impro » et dans l’instant. Je sais que vous avez découvert que Prem a lui aussi, un grand sens de l’humour.

Tom Price :  Oui et il est très pince-sans-rire aussi. Il semble capable de rire de lui-même et de tout. Dans un monde où règne l’hostilité et la peur industrialisée, c’est complètement libérateur de partager la scène avec lui. Je viens du Pays de Galles, d’une classe moyenne où l’on montre si peu ses émotions. Avec Prem, je sentais que je pouvais poser les questions qui me venaient, même si je ne savais pas où ça allait nous mener. Avoir la possibilité de se fier à soi-même, à son environnement, à la personne à qui l’on parle et avoir en même temps l’écoute de toutes les personnes dans une salle, c’est très rare.

PremRawat.com :  Pendant la conversation sur votre podcast, Prem a fait une suggestion : Amuse ton cœur, pas seulement ton esprit. Qu’en est-il pour vous ? Que faites-vous ces jours-ci pour nourrir votre cœur ?

Tom Price :  De l’extérieur, je fais plusieurs choses. D’abord, j’éteins mon téléphone. J’évite les réseaux sociaux. Et je lève les yeux (et regarde moins les écrans). Les médias sociaux peuvent être si séduisants au départ, mais ils peuvent devenir aussi un cancer psychologique, ou ce que j’appelle « les cigarettes du cerveau ». On ne s’arrête pas pour réfléchir aux conséquences de chaque interaction qu’on entame sur les médias sociaux. Le petit caniche enthousiaste en nous se précipite, dans sa quête d’amour, de joie et de divertissement ou simplement de quelque chose d’intéressant. Mais nous cherchons au mauvais endroit. Les médias sociaux ne satisfont pas mon besoin d’être comblé, d’être « nourri ».

Tom Price : Intérieurement, je suis beaucoup plus gentil vis-à-vis de moi-même. Je trouve que c’est une partie importante de ce dont Prem parle. Il s’agit aussi de reconnaître notre faillibilité. Si nos intentions sont bonnes et simples, les conséquences n’ont presque pas d’importance, tant qu’il y a cette base de paix et de pureté. C’est insensé, la façon dont nous nous jugeons tous nous-mêmes.

Tom Price :  D’accord, nous devons nous mettre en valeur et faire notre promotion, mais pas aux frais de notre bonheur intérieur. Pendant des années, j’allais au festival d’Édimbourg où un millier de comédiens se retrouvent dans la même ville pendant 4 semaines. C’était formidable et très difficile, en même temps : une masse d’égocentriques qui se criaient les uns sur les autres. C’était l’enfer, toutes ces comparaisons et ces rivalités.

PremRawat.com : Oui, j’appelle ça le syndrome de « comparaison-dépression ».

Tom Price (riant) : Tout à fait. Et ces 4 semaines de comparaisons se sont transformées en 365 jours, 7 jours sur 7, grâce aux médias sociaux !

PremRawat.com : Pendant l’événement de Nottingham, Prem a dit Le jour où vous réalisez que la paix est un besoin, pas un souhait, votre vie change. Que pensez-vous de cette déclaration, ces jours-ci ?

Tom Price : Je dois m’assurer d’inviter la paix dans ma vie quotidienne. Ça me rappelle une autre interview récente avec un auteur danois, Meik Wiking, qui est aussi le PDG de Happiness Reasearch, l’Institut de recherche sur le bonheur. Au Danemark, on prononce son nom Mike Viking, ce qui est hilarant. Il est connu parce qu’il fait de la recherche sur le sujet de l’« hygge », un mot danois et norvégien prononcé « hu-gue ». Hygge décrit une atmosphère de confort et de sécurité propice à un sentiment de bien-être et de satisfaction. Donc oui, pour ressentir la paix nous devons être proactif. Ces jours-ci, j’ai besoin d’apprendre à être ma propre source de bien-être et réconfort.

PremRawat.com : Pour finir, y a-t-il quelque chose en particulier dans vos expériences avec Prem, qui a encore un impact sur votre vie d’aujourd’hui ?

Tom Price : Je me souviens d’un événement, j’étais en coulisse et je regardais Prem arriver ; il venait d’avoir des rencontres très privées avec des personnes en mauvaise santé, âgées ou proches de leur fin. Il parlait avec beaucoup d’humilité d’une de ces personnes. Il disait qu’il avait appris beaucoup de la lucidité de cette personne qui était à la fin de sa vie. J’ai trouvé cela très, très touchant et comme un hymne à la vie.

PremRawat.com : Merci beaucoup Tom de cet aperçu précieux.  J’ai beaucoup apprécié toute notre conversation.