Gallery
Feature on Home
Feature order
Watch
Watch Title
Watch Duration
Subtitle track
Listen
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/b1c4c535-8a4b-44b7-8835-02659a4068fd/200629_Countdown_100_FR_Audio.ism/manifest(format=m3u8-aapl)
Listen Duration
1181
Listen Title
Écouter « En confinement, 100e jour »
Heading 1 / Youtube ID
Text Content 1

« Vous avez la faculté de savoir, de comprendre, d’être comblé. Vous avez la faculté d’être en paix. » – Prem Rawat


Les émissions quotidiennes de Prem Rawat « En confinement » présentent la façon dont ses interventions et son Programme d’éducation pour la paix aident les gens à trouver la paix en eux. Vous aurez bientôt des détails sur la possibilité de vous joindre à Prem virtuellement pour participer à ce programme.

Être un humain

Buenos Aires, Argentine

Prem Rawat :

Aujourd’hui, il y a des problèmes, beaucoup de problèmes. Des gens meurent sous les bombes, s’entretuent, se mentent, se volent et tout le monde se demande ce qui va arriver. Les problèmes économiques pèsent sur le monde. Les gens ne se sentent pas en sécurité.

Alors on se demande : « Pourquoi ? Qu’est-il arrivé ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Est-ce dans notre nature ? Sommes-nous ainsi ? » Ou bien sommes-nous tellement aliénés que nous ne comprenons plus notre propre nature.

D’où la question: « Qui êtes-vous ? » Non pas ce que vous êtes, ce que vous êtes en tant que médecin, avocat, pilote, fermier ou employé de bureau, non pas ce que vous êtes mais qui vous êtes. Pas un mari, une épouse, une fille, non, non ! Qui êtes-vous ? Qui ? Réalisez-vous, en tant qu’être humain, ce qui vous a été donné ? D’un côté, vous êtes fait de 6 éléments, hydrogène, oxygène, carbone, calcium, azote et phosphore.

Où trouve-t-on ces éléments ? Partout. Partout. Vous marchez dessus. Vous crachez dessus. Et c’est la matière dont vous essayez de vous débarrasser en vous lavant, chaque fois que vous rentrez chez-vous. Mais c’est ce qui vous compose. Alors véritablement qui êtes-vous ? Vous avez la faculté de savoir, vous avez la faculté de comprendre, vous avez la capacité d’être comblé. Vous avez la capacité d’être en paix. Vous pouvez comprendre. Vous pouvez ressentir, ressentir. Vous pouvez vous exprimer. Vous pouvez sourire. Vous êtes ainsi fait! C’est ainsi que je suis.

Il faut donc se demander : « Suis-je réellement comblé ? Réellement comblé ? » Êtes vous comblé ? Si vous avez la faculté d’être comblé, il faut vous demander : « Suis-je totalement comblé ? » Car, si ce n’est pas à 100 %, quelque chose ne va pas. Si ce n’est pas à 100 %, alors pourquoi ?

 Vous avez la faculté de ressentir la paix, alors êtes-vous en paix ? Chaque jour ? Avez-vous vraiment saisi le sens de l’être humain et l’avez-vous amené au summum de son développement ? Même un arbre, même un arbre s’efforce d’amener ses fruits au maximum de leur maturité. Et vous ? Et vous ?

Ou bien êtes-vous prisonnier de vieux schémas que sont la peur, la colère, la frustration, la confusion avec la paix comme espoir, quelque part là-bas très loin, « un jour peut-être…? » Alors que la paix est toujours en vous. La colère est en vous, le pardon est en vous. La haine est en vous, l’amour est en vous. La joie est en vous, la tristesse est en vous. La confusion est en vous, la clarté est en vous.

Ce qui est à vous est vôtre et seulement vôtre, vous ne pouvez le donner à personne parce que c’est seulement à vous, que vous soyez égoïste ou pas. C’est un fait ! Alors puisque c’est à vous et seulement à vous, que vous en êtes le dépositaire, tant que le souffle va et vient en vous, qu’allez-vous en faire ? Allez-vous être en paix ?

Les gens disent souvent : « Alors, où est la paix ? » En vous. « Comment se fait-il que je l’ignore ? » Êtes-vous allé voir ? L’avez-vous fait ? Oui ? Ou bien êtes-vous comme ceux qui … Je sais bien que beaucoup de gens attendent l’arrivée d’un ange. Cela fait trois ou quatre mille ans qu’ils attendent un ange.

La paix n’est pas la question. Que vous choisissiez la paix ou non, voilà la question. Parce que le jour où vous le ferez, elle sera en vous. Et les gens disent : « Non, non, ce n’est pas possible. » Où est-elle d’après vous ? Où exactement, d’après vous ? Dans l’espace ?

Donc, quand les astronautes sont tout là-haut, ils doivent se sentir vraiment en paix…
Chaque fois qu’un voyant s’allume ou que quelque chose ne fonctionne pas : « Oh mon Dieu ! » Vous avez ce pouvoir parce que vous êtes humain. Le Superman est en vous, vous n’avez pas besoin d’un Superman. Vous n’avez pas besoin de miracle. Savez-vous pourquoi vous n’avez pas besoin de miracle ? Le savez-vous ? Parce que vous êtes le miracle.

La poussière peut aimer, sourire, rire, comprendre, avoir de la compassion. Si ce n’est pas un miracle, qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que c’est ? Ce corps, qui n’est pas là pour toujours, vient et s’en va. Où s’en va t-il ? Ici-même.

Aux gens qui me regardent, l’air de dire : « Comment ? », je dis : « Que croyez-vous ? Que lorsque vous êtes né, la terre est devenue plus lourde ? Et que lorsque vous mourrez, elle deviendra plus légère ? » Non, elle reste la même. Elle devient un petit peu plus lourde, mais seulement à cause de toute la poussière qui tombe sans arrêt de l’espace pour faire une nouvelle aubergine, une nouvelle tomate, pour faire un nouveau vous.

Mais il s’agit de comprendre le pouvoir de ce souffle. Il s’agit de vous ! Voilà le cadeau que vous avez, qui vous a été donné. J’emploie le mot “cadeau“ et la tête demande : « De qui ? »  Vous êtes sérieux ? Vous êtes sérieux ? Vous êtes sérieux ? Vous vous trouvez au beau milieu de l’océan, vous nagez depuis deux jours, il n’y a rien alentour. Tout à coup, tout à coup apparait une bouée de sauvetage. Allez-vous vraiment dire : « De quel bateau vient-elle ? De mon bateau qui a coulé ? » Ou bien : « À qui appartient-elle ? Est-elle à quelqu’un ? Y-a-t-il quelqu’un ? » Êtes-vous sérieux ? Ou encore allez-vous dire : « N’est-ce pas égoïste de prendre cette bouée de sauvetage ? Il y a peut-être quelqu’un d’autre derrière moi… » Non ! « Ah, merci ! » Qui remerciez-vous ? Qui remerciez-vous ?

C’est cela, comprendre. C’est retrouver la simplicité. Voilà comment se connaître soi-même. C’est ce qu’a dit Socrate : « Connais-toi toi-même ». Voilà comment se connaître soi-même. Et pourtant, nous passons notre temps à connaître tout le monde. « Je vais te présenter untel et untel. » Vous a t-on déjà présenté à vous-même ?

Donc,  parler de la paix … Voilà ce que je fais ! Je présente les gens à eux-mêmes. Voilà ce que je fais et c’est tout ce que j’ai besoin de faire. « Cela va-t-il amener la paix dans le monde ? » Le monde n’a pas besoin de paix. Croyez-moi, tout va bien pour lui. C’est nous, les êtres humains, qui avons besoin de paix. Cette idée de “paix dans le monde“ est bizarre. Hé, voilà ce que je fais depuis cinquante ans, cinquante ans ! J’ai commencé… J’ai commencé à l’âge de neuf ans et cette année est le cinquantième anniversaire. Alors, voilà le fruit de beaucoup d’expérience : ce n’est pas le monde qui a besoin de paix, ce sont les gens. Ce n’est pas le monde qui a faim, ce sont les gens. Le monde ne tue personne, les gens le font.

Il s’agit des gens. Les gens ont oublié les gens. Les hommes politiques ont oublié les gens. Au nom de ceci et de cela, nous avons oublié les êtres humains. Les êtres humains. Il se trouve que la paix réside dans les êtres humains. Le comprendre est simple.