Gallery
Feature on Home
Feature order
Watch
Watch Title
Watch Duration
Subtitle track
Listen
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/1d6ba55d-8e78-4d16-af38-29bfe555c268/200624_Countdown_95_FR_Audio.ism/manifest(format=m3u8-aapl)
Listen Duration
900
Listen Title
Écouter « En confinement, 95e jour »
Heading 1 / Youtube ID
Text Content 1

« La question est, si nous avons en nous cette immense sagesse, si nous avons en nous cette immense bonté, si nous avons en nous cette joie immense, pourquoi ne pas l'exprimer ? Pourquoi ne pas la partager ? » – Prem Rawat


Les émissions quotidiennes de Prem Rawat « En confinement » présentent la façon dont ses interventions et son Programme d’éducation pour la paix aident les gens à trouver la paix en eux. Vous aurez bientôt des détails sur la possibilité de vous joindre à Prem virtuellement pour participer à ce programme.

Graines de paix

Collège Lambeth, Londres, Royaume-Uni

Prem Rawat :

C'est un honneur d'être ici ce soir. Vous avez déjà beaucoup entendu parler de la violence qui est à l'origine de tout ça, ce n'est pas un sujet particulièrement léger. Alors permettez-moi de prendre quelques minutes pour vous parler d’un être humain.

Un être humain porte en son cœur un océan de bienveillance. Un être humain est cet être qui possède en lui une force phénoménale. Un être humain porte en lui une somme incroyable de sagesse. Je sais que certains d’entre vous se disent : « De quoi parle-t-il ? De quels extra-terrestres parle-t-il ? » Non, non, je ne parle pas d’extra-terrestres, je parle d’êtres humains. Voilà qui nous sommes.

La question est : si nous avons en nous cette immense sagesse, si nous avons en nous cette immense bonté, si nous avons en nous cette joie immense, pourquoi ne pas les manifester ? Pourquoi ne pas les partager ? Pourquoi devons-nous parler aujourd'hui de crimes odieux qui sont commis, de mentir et tricher. Où un enfant apprend-il le mensonge ? Est-il allé dans une école ? Non, ce sont ses propres parents qui le lui ont appris. L'enfant est assis là, la mère roule à toute allure et un agent l'arrête : « Vous roulez trop vite. » « Non, je ne roulais pas vite. » Et cela après que l'enfant ait averti sa mère : « Maman, tu vas trop vite ! » Et quelle est la solution : « Chut ! Chut ! » Que s’est-il passé ?

Nous sommes disposés à jeter cinquante pour cent de nourriture comestible, mais nous ne partageons rien. Que s'est-il passé ? Des gens disent : « Il y a la famine dans ce monde. » Et nous, dans les pays du premier monde, qui jetons la nourriture, disons « oui, c'est un vrai problème. » Ce n’est pas ça le problème, nous sommes le problème.

Maintenant, dire « nous sommes le problème » peut être considéré comme une très bonne nouvelle. « Nous sommes le problème », finalement, c'est une bonne nouvelle ! Savez-vous en quoi c'est une bonne nouvelle ? S’il s’agit de nous, nous pouvons le changer. Mais si ça vient de Mars, nous avons un problème, si ça vient de Vénus, nous avons un problème.

Mais en fait ça vient d'ici, sur cette terre, c’est nous qui l’avons créé et si nous voulons le changer, nous pouvons le faire. C'est pourquoi c'est une bonne nouvelle. Et que faudra-t-il faire ? Cela demandera un effort collectif, sans exclure personne, personne ne doit être exclu.

Je ne suis pas ici pour pointer du doigt quiconque, car je maintiens toujours qu'il y a un océan de bonté en chacun de nous, qu’il y a un océan de sagesse en chacun de nous, et il n’attend qu’une chose, c'est d'être mis en valeur.

Quand je vois le désespoir dans ce monde... Qu'est-ce que le désespoir ? C'est le contraire de l'espoir. Lorsque l’espoir n’est plus là, il y a le désespoir, et ce désespoir, nous le voyons tous. Mais quel est le revers de la médaille ? Si d’un côté il y a le désespoir, de l'autre côté de la pièce se trouve l'espoir. Si d’un côté il y a la colère, alors de l'autre il y a le pardon.

Nous devons simplement comprendre que dans l'obscurité la lumière n'est jamais loin. Je peux le prouver. Combien de temps faut-il, après avoir éteint la lumière, pour que l'obscurité s’installe ? Dans une pièce totalement close, on éteint la lumière, combien de temps faut-il ? C'est instantané, l’obscurité attendait ! La lumière disparait, l'obscurité s'installe, la lumière apparait, l'obscurité s'enfuit. C'est aussi simple que ça.

Nous vivons dans le lieu le plus dynamique, le plus étonnant qui soit, et pourtant nous ne le reconnaissons pas. Nous sommes trop occupés à imaginer la façon dont nous pouvons nous nuire mutuellement, à concocter toutes ces guerres.

Croyez-moi, ce même esprit qui peut créer ces guerres est tout à fait capable de rechercher la paix. La personne qui peut prendre un couteau et le planter dans un autre être humain est tout à fait capable, non seulement d'arrêter ça, mais aussi de lui donner bienveillance et attention, et d’empêcher ça. Que voulons-nous ? C'est la question : « Que voulons-nous ? »

Voulons-nous ces guerres ? Et je sais qu'il y a des gens en ce moment qui se demandent : « Euh, que puis-je y faire ? Bah, je ne sais pas... sais pas, sais pas... »

Le temps des « je ne sais pas, des je ceci et je cela », doit cesser. Le temps des « pourquoi, pourquoi ? » est terminé ! Le moment est venu de reconnaître, à juste titre, les capacités d’un être humain.

Nous vivons dans ce monde et je lisais un livre dans lequel il est dit : « L’économie de la Grèce ne va pas très bien, la Syrie est en guerre, la Jordanie se remplit de réfugiés, l'Iran se prépare pour la guerre et l'Egypte est très instable. »

Dans le livre on peut lire aussi : « Il ne s’agit pas de 2012, 2013 ou 14 ou 15 ou 16 ou 17 ou 18, ce sont des nouvelles qui datent de 1177 avant JC ! » Et je me suis dit : « Quoi ? C'est déjà arrivé ? » Et la réponse est : « Oui, c'est déjà arrivé. » Et cela va-t-il se reproduire ? Oui, ça va se reproduire. Et cela se reproduira-t-il ? Oui, ça va se reproduire, à moins que nous, nous intervenions.

La paix n'est pas le problème. Pourquoi la paix est-elle possible, comment j’ose dire que la paix est possible ? Comment j’ose dire cela ? Ne devrais-je pas reconnaître la condition du monde et dire : « C'est un monde lamentable et nous sommes des va-t’en guerre ? » Non ! Certes, nous sommes des va-t’en guerre, mais en même temps, nous portons en nous un océan de paix.

La paix n'a pas besoin d'être créée, mes amis. La paix n'a pas besoin d'être apportée de Mars, la paix n'a pas besoin d'être fabriquée, la paix est déjà à l'intérieur de nous. Il faut la découvrir. Nous avons découvert comment faire la guerre, il est maintenant temps de découvrir comment faire la paix. Et c'est ce qui doit arriver.

Ne le faites pas pour vous tapoter dans le dos, parce que vous ne le pourrez pas. Faites-le parce que votre cœur vous applaudira, pas pour votre esprit, mais votre cœur vous applaudira, encore, encore et encore. Changez les choses parce que vous le pouvez. Changez-les autour de vous.

Une mère dit : « Que puis-je faire ? Qu'est-ce que je peux faire ? » Aimez votre enfant. Vous avez changé les choses. Aimez votre enfant, donnez à cet enfant l'attention qu'il mérite, parlez à cet enfant, intéressez-le ! Si vous n’éveillez pas cet enfant, alors ça revient à dire que votre enfant n’est bon à rien et stupide. Coopérez avec cet enfant, parlez-lui ! Parlez-lui !

Nous vivons dans une société incroyablement vulnérable. Pourquoi ? Et je ne suis pas venu pour pointer les problèmes du doigt. Mais “se divertir” aujourd'hui, c’est prendre une arme virtuelle et tirer sur autant de personnes que possible, c'est ce qu'on appelle un “jeu”.

Et je me dis toujours : « Mais quoi ? Il ne devrait pas être question de ça ! Faites un jeu dans lequel vous pouvez exprimer votre bienveillance, faites un jeu dans lequel vous pouvez exprimer votre joie, faites un jeu qui ne soit pas ennuyeux ! »

Parce que tout le monde pense que le thème de la paix est ennuyeux, que le thème de la bienveillance est ennuyeux, le thème de la sagesse, ennuyeux. Et quand les gens se seront fait une raison sur cet état des lieux, je vais vous dire ce qui se passera dans ce monde. Ce qui se passera, c'est ce qui se passe en ce moment-même. Des gens seront exterminés, seront massacrés, des populations seront déplacées, des civilisations seront en danger !

L'année dernière, j'étais en Colombie. Des enfants ont été kidnappés et emmenés dans la jungle, dans la forêt. On leur a donné des armes à feu, ils ne jouaient pas avec des jouets, mais avec des fusils !

Et toute leur vie, ils n'ont fait que tuer, tuer, tuer, tuer. Et quand finalement, ils ont été libérés, ils ne savaient pas comment agir autrement, jusqu'à ce qu'ils suivent le Programme d'éducation pour la paix.

Soyez partie prenante de votre propre vie, soyez avec votre vie, faites partie de votre propre monde, de votre propre famille, faites partie de ce que vous êtes vraiment et, plus que tout, connaissez-vous, sachez qui vous êtes. C'est tout.