Gallery
Feature on Home
Feature order
Watch
Watch Title
Watch Duration
Subtitle track
Listen
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/9731bad5-1416-4f4d-809d-c6063dd73e2b/200612_Countdown_83_FR_Audio.ism/manifest(format=m3u8-aapl-v3)
Listen Duration
825
Listen Title
Écouter « En confinement, 83e jour »
Heading 1 / Youtube ID
Text Content 1

« Bienveillance, passion, compassion, clarté, sérénité – ces pouvoirs sont en vous ! » – Prem Rawat


Les émissions quotidiennes de Prem Rawat « En confinement » présentent la façon dont ses interventions et son Programme d’éducation pour la paix aident les gens à trouver la paix en eux. Vous aurez bientôt des détails sur la possibilité de vous joindre à Prem virtuellement pour participer à ce programme.

Trouver la paix en soi

Prem s’adresse à des détenus à la prison de Tires à Lisbonne au Portugal


Prem Rawat :

J’aimerais vous raconter une histoire puisque la paix vous intéresse. La paix n’est pas quelque chose qu’on créé, la guerre doit être créée, la paix est déjà en vous. Le processus pour atteindre la paix est d’ôter tous les obstacles que vous avez placés entre vous et la paix.

Pour comprendre cela, avec tous les bruits et tout ce qui se passe là-haut « boum, boum, boum, boum », toute la journée, comprendre que vous êtes en vie, que vous êtes ici, c’est un grand défi.

Nous grandissons, nous commettons une erreur et nous disons « je ne suis bon à rien ». Mais lorsque vous étiez bébé, vous faisiez des erreurs, seulement vous ne disiez jamais « je ne suis bon à rien. » Voilà la différence !

Qui vous a dit que vous étiez un perdant ? Les gens disent : « Tu es un perdant » et nous disons « je suis un perdant. » Nous l’avons appris, nous l’avons appris des autres, nous l’avons appris, nous l’avons appris, et aujourd’hui je suis ici pour vous dire : « désapprenez, désapprenez, désapprenez », parce lorsque vous étiez bébé vous étiez bien plus intelligent.

Vous étiez en contact avec vos besoins. Quand vous aviez faim, vous le faisiez savoir à votre mère, vous ne regardiez pas l’heure en disant : « Est-ce l’heure du déjeuner ? Est-ce l’heure du diner ? Est-ce l’heure ? Est-ce l’heure ? » Et nous sommes tous devenus prisonniers de ça. Nous ne réalisons pas la puissance de ce que nous sommes.

En tant qu’être humain, il y a en vous la compassion, la passion, la bienveillance, la compréhension, la sérénité, la sagesse, et le plus important de tout, il y a la paix en vous. Voilà ce qu’est un être humain, pas ce que nous projetons à l’extérieur, nous entretuant, nous mentant, faisant ceci et cela. Ce n’est pas ce qu’est un être humain ! En réalité un être humain est quelqu’un qui est plein de bienveillance, de compassion, de lucidité, de vie. C’est ça un être humain.

Et si vous voulez devenir le plus puissant, tout ce que vous avez à faire est de devenir un être humain, parce qu’alors vous trouverez des solutions à vos problèmes. Elles sont là ! Tant que le souffle vient à vous, vous avez tout, vous avez tout.

Je viens juste d’aller dans trois des prisons sud-africaines, à la prison de Malmesbury, à Zonderwater et à la prison de Prétoria. J’ai dit aux détenus : « Vous êtes ici et on vous dit : « Vous ne pouvez pas venir ici, vous ne pouvez pas aller là, ni là, ni là ! » Quelle est la différence avec l’extérieur... ? »

Vous sortez, et qu'est-ce qu’on vous dit ? « Stop. Maintenant vous pouvez avancer. Non, arrêtez. Maintenant tournez à gauche, non, vous ne pouvez pas tourner à droite, non, vous ne pouvez pas aller là, non, vous ne pouvez pas avoir ceci, non, vous ne pouvez pas faire ceci, non, vous ne pouvez pas faire cela. »

Et puis les barreaux, les plus gros barreaux ne sont pas les barreaux de métal. Pour scier les barreaux de métal il suffit d’une lime, d’une scie. Mais les barreaux qui sont ici et vous emprisonnent, comment les scier ? Il y a dehors des gens qu’on peut qualifier de “libres”, mais ils ne se sentent pas libres, ils n’ont pas l’impression d’être libres.

J’ai un ami anglais, et bien sûr l’Angleterre a voté pour sortir de l’Union Européenne par référendum. Alors je plaisante avec lui, parce qu’il est anglais : « Pourquoi ? Pourquoi ?

Vous croyez que ça va résoudre le problème ? » Est-ce que changer la couleur de votre voiture va résoudre le problème ? Si vous tombez en panne d’essence, changer la couleur de votre voiture, changer les pneus, pensez-vous que ça résoudra le problème ?

Quel est le problème ? Le problème est que les gens ne sont pas en contact avec eux-mêmes, avec qui ils sont, avec leur potentiel, avec ce qu’ils peuvent apporter, la façon dont ils peuvent exister en tant que nation, la façon dont ils peuvent être citoyens du monde, la façon dont ils peuvent exister sur cette terre, alors quelle est cette opportunité appelée “la vie” ?

Et je constate que le monde entier a été incarcéré derrière les barreaux des divisions et de l’ignorance, que les hommes ont la paix en eux, mais ne savent pas comment l’atteindre. Ils savent comment fabriquer une bombe, ils savent comment fabriquer un fusil, mais ils ne savent pas comment accéder à la paix en eux-mêmes. C’est problématique, c’est problématique.

Ce souffle est un cadeau précieux pour chacun d’entre vous, votre vie a commencé avec ce souffle. Quand vous êtes né, les gens ont regardé si vous respiriez, n’est-ce pas ? Ils ne se souciaient pas de savoir si c’était une fille ou un garçon, non. « Respire-t-il ou non ? »

Et parce que vous respiriez, on vous a ramené à la maison. Ce qui vous a permis de rentrer à la maison, si vous êtes né à l’hôpital, c’est le souffle. Ce qui vous a permis de rester chez vous si vous êtes né à la maison, c’est le souffle. Comprenez-vous la valeur de ce souffle ? Vraiment ? Parce que c'est nécessaire, c’est vraiment, vraiment nécessaire.

C’est un cadeau qui vous est fait chaque jour, même ici, même là. C’est votre opportunité... Une chose simple, si vous pouviez le faire, l’essayer, ce serait de « réfléchir d’abord, agir ensuite. » Si vous pouviez penser d’abord, puis agir, vous ne seriez pas là. Ne pas réfléchir, ne serait-ce qu’une seconde, ne pas réfléchir et agir d’abord, maintenant vous avez tout le temps pour réfléchir.

Les choix que vous avez faits vous ont mis dans cette situation, les choix que vous ferez vous en feront sortir, les choix que vous ferez vous empêcheront de revenir. Et des choix, vous devez en faire.

Inutile d’essayer d’être bon, parce que vous êtes bon. La bonté est en vous, personne ne peut vous l’enlever. La bienveillance, la passion, la compassion, la clarté, la sérénité, personne ne peut vous les enlever, c’est en vous.

Je vais vous raconter une dernière histoire, elle est très courte et je vais vous la raconter parce qu’elle m’a beaucoup apporté dans ma vie. Je veux donc la partager avec vous.

Il y avait un village, avec un chef de village. Un jour, un petit garçon est allé trouver le chef et lui a dit : « Chef, j'ai une question. » Le chef a dit : « Laquelle ? » L’enfant répondit : « Chef, pourquoi certaines personnes sont parfois bonnes, et ces mêmes personnes, d'autres fois sont mauvaises ? »

Le chef lui dit : « Parce que chacun de nous a deux loups en lui, un bon et un mauvais loup. » Alors le garçon réfléchit et dit : « Chef, lequel des deux gagne ? Le bon ou le méchant loup ? » Et le chef dit : « Celui que tu nourris ! »

Vous avez un bon loup, vous avez un mauvais loup. Quel loup nourrissez-vous ? Y avez-vous pensé ? Quand vous nourrissez le bon loup, vous vous sentez bien. Quand vous nourrissez le mauvais loup, vous vous sentez mal. Nourrissez le bon loup. Je dois m’en souvenir chaque jour : « Nourris le bon loup ».

Et je peux dire : « Oh, oui, c'est la faute de cette personne, c'est la faute de celle-là, je suis en colère à cause de cette personne, c’est à cause de cette personne. » Mais je dois me demander : « Mais quel loup viens-tu de nourrir ? »

Alors, souvenez-vous en, et quand vous réalisez que vous venez de nourrir le mauvais loup, nourrissez le bon loup.

Beaucoup de gens se disent : « Tuons le mauvais loup. » Même si vous tuez le mauvais loup, ça n'aidera pas le bon loup, parce que le bon loup a besoin d'être nourri. C'est la seule chose qui va aider le bon loup : « Nourrir le bon loup. »