Gallery
Feature on Home
Feature order
Watch
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/999d6ceb-9dee-4dea-855f-93ddbf27d1a0/200605_Countdown_76_FR_Video.ism/manifest(format=m3u8-aapl-v3)
Watch Title
Regarder « En confinement, 76e jour »
Watch Duration
1027
Subtitle track
Listen
Listen Duration
Listen Title
Écouter
Heading 1 / Youtube ID
Text Content 1

« Pratiquez la joie, la clarté, la bonté… Devenez cette personne qui apprécie véritablement la vie. » – Prem Rawat


Les émissions quotidiennes de Prem Rawat « En confinement » présentent la façon dont ses interventions et son Programme d’éducation pour la paix aident les gens à trouver la paix en eux. Vous aurez bientôt des détails sur la possibilité de vous joindre à Prem virtuellement pour participer à ce programme.

Pratiquer la bonté

Quand le désert fleurit

Événement avec l’auteur, Miami, États-Unis

Prem Rawat

Je vais commencer par cette question : « Qui êtes-vous ? » Vous êtes un être humain ! Que veut dire « être un être humain » ?

Nous avons créé un petit monde idyllique pour nous et dans ce petit monde idyllique, nous sommes parfaits, nous nous voyons d’une certaine façon. Et dans ce petit monde, nous sommes le sage, nous avons des réponses à toutes les questions, une solution à tous les problèmes sauf les nôtres.

C’est vrai, c’est ce que nous faisons. Nous sommes capables de résoudre les problèmes du monde. Demain nous pourrons résoudre les problèmes du monde mais pas les nôtres. Nous ne sommes là que depuis six mille ans et nous pensons être les maîtres, tout savoir et avoir tout compris.

Et puis, tout à coup il se passe quelque chose et nous nous retrouvons complètement vulnérables. Notre puissance disparaît. Notre petit monde idyllique s’écroule…

 

Alors ce que j’essaie de dire là, c’est : sommes-nous juste ce que nous pensons être ou existe-t-il une autre réalité ? Qui êtes-vous ? Et que pratiquez-vous ?

Chaque jour vous faites ce que, selon vous, vous devez faire… Vous vous réveillez, au moins cinq jours par semaine, vous vous réveillez et vous devez faire des choses que vous n’avez peut-être pas envie de faire. Vous vous levez le matin en faisant… Vous voyez, il ne s’agit pas de savoir « quoi » mais « pourquoi ? »  Pourquoi y-a-t-il une fonction “rappel d’alarme“ sur votre réveil ? Qu’est-ce que cette fonction “rappel d’alarme“ ? Et bien cette fonction montre que lorsque vous vous réveillez, vous n’êtes pas prêt à vous réveiller. Et que vous aimeriez avoir cinq minutes de plus.

 

Cinq minutes de plus et encore cinq minutes et encore cinq… Et lorsque vous rencontrez quelqu’un que vous aimez et avec qui vous passez un peu de temps, vous voulez cinq minutes de plus… Mon Dieu, votre vie ne tient-elle que dans ces cinq minutes de plus ? Est-ce ainsi que vous fonctionnez ? Si c’est ainsi que vous fonctionnez, comment allez-vous pouvoir être en forme ?

 

Le bien-être. Etre bien. Mais l'être ne sait pas comment être. Si l’on oublie le “bien“ (qui est un homonyme de “puits“ en anglais), ce “bien“ tout seul n'est alors qu'un trou dans le sol avec de l'eau. Mais quand l'être comprend qui il est, c'est alors que commence le processus du bien-être et le “bien” (le puits) n'est plus un trou dans le sol avec de l'eau, mais il signifie s'épanouir, devenir un être qui peut s'épanouir et pas quelqu’un qui mendie sans arrêt cinq minutes de plus.

 

Bien, maintenant j’ai envie de parler de ce qu’est un être humain parce qu’il n’y a pas de sujet plus merveilleux. Donc ce qui définit réellement un être humain, croyez-le ou pas, mis à part le fait qu’il vous reste effectivement un vestige de queue, c’est que vous disposez d’autre chose, à savoir un cœur. Et dans ce cœur réside un océan. Vous avez un océan de sérénité, vous avez une sagesse sans égal, une générosité incroyable, une bonté sans limites. Ça aussi, c’est vous.

 

Vous êtes en vie et c’est un cadeau inestimable. Ce cadeau est aussi donné aux gorilles, il est aussi donné aux baleines, il est aussi donné à tous les singes. Mais vous êtes le singe qui peut véritablement apprécier ce cadeau et ressentir de la gratitude en retour. C’est ce qui vous rend spécial, c’est ce qui vous rend différent, non pas l’absence d’une petite queue touffue. Voilà ce qui vous rend différent.

 

Vous avez la possibilité… Un chien est reconnaissant quand on lui donne un os. Vous, vous pouvez être reconnaissant d’être en vie. C’est fantastique, non ? Vous pouvez être reconnaissant de respirer, vous pouvez être reconnaissant d’être capable de comprendre. Alors je vous demande : est-ce cela que vous voulez dans votre vie ? Est-ce ce qui constitue la base de votre existence, de ce que vous appelez le bien-être, le véritable bien-être ? J’offre ici une possibilité, bien que pour l’instant ce ne soit qu’avec des mots, mais j’offre la possibilité d’éprouver de la gratitude, d’être reconnaissant chaque jour. De quoi ? D’être en vie, de respirer.

 

Et de découvrir tous vos trésors, les trésors qui sont en vous. Je ne parle pas d’une idée abstraite, je parle de ressentir quelque chose de réel chaque jour de votre vie en reprenant contact avec vous-même, pas avec une idée, mais avec votre cœur.

Que savez-vous de votre cœur ? Qui vous a appris à écouter le murmure du cœur ? Savez-vous danser sur l’air que votre cœur vous chante tous les jours ? Savez-vous comment répondre à votre cœur ? Le savez-vous ? Savez-vous être sincère ? Ou bien est-ce un art, être sincère est-il un art que vous avez oublié ?

 

Alors laissez-moi vous rappeler qu’au sein de votre cœur existe une chose comme la sincérité, que la réalité est très belle, qu’être vivant est une belle aventure. La meilleure chose qui pourra jamais vous arriver, jamais vous arriver, se produit chaque jour de votre vie. Et ce n’est pas le fait de gagner le gros lot, désolé, non. Certains d’entre vous en rêvent : « Ouah ! Je vais gagner le gros lot. » Non ce n’est pas le gros lot, c’est le fait d’être en vie.

 

À partir des éléments qui sont sur terre, vous émergez, vous existez, et pour le dire clairement, vous ne serez pas toujours là. Il y a longtemps, j’ai évoqué ces deux murs pour expliquer la vie. Il y a deux murs. Lorsque nous traversons un mur, nous appelons cela naître. Puis nous avançons… et nous disparaissons à travers l’autre mur et nous appelons cela “tirer notre révérence“. Peut-être avez-vous d’autres mots pour l’exprimer, mais…

 

Je sais que vous avez déjà entendu le mot “voyage“, « la vie est un voyage ». Oui ? Je ne sais pas si nous pouvons parler de voyage, mais je sais une chose : entre ce mur par lequel je suis passé et cet autre mur par lequel je devrai passer, il y a une route. Et je dois emprunter cette route, je dois avancer sur cette route, je n’ai pas le choix. Et cette route c’est le temps.

 

Mais il y a une chose que j’ai remarquée à propos du temps, c’est qu’il est absolument impartial. Je n’ai jamais rien vu d’aussi impartial que le temps. Tout lui est égal. Je suis malheureux ? Il va au même rythme, peu lui importe. Je suis extrêmement heureux ? Ça lui est égal. J’ai mal agi, ça lui est égal ; j’ai bien agi, ça lui est égal. Il continue simplement d’avancer, d’avancer, d’avancer. Donc le temps est impartial, le chemin est impartial, les deux murs sont complètement impartiaux, peu leur importe. J’ai l’impression que dans ce voyage, sur ce chemin d’un mur à l’autre, la seule chose que j’ai, c’est le discernement, la seule chose que j’ai, c’est la bonté. Ce sont mes amis. La seule chose que j’ai, c’est une soif, la seule chose que j’ai, c’est le pouvoir de comprendre, la seule chose que j’ai, c’est la joie qui est en moi.

 

 Et je pense que la meilleure façon de l’exprimer, c’est de dire que si je ne mets pas en pratique ces choses-là, bien que techniquement je ne puisse pas le perdre, je le fais et cela s’appelle “perdre mon temps“.

Alors, alors, pratiquez la joie, pratiquez la clarté, pratiquez la compréhension, pratiquez la bonté.  L’idée est que vous deveniez, grâce à cette pratique, grâce à cette compréhension, quelqu’un qui apprécie et comprend véritablement ce qu’est la vie. Alors vous la mériterez. Vous n’aurez pas