Gallery
Feature on Home
Feature order
Watch
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/42f852f6-e75b-4221-acd0-8d010128109c/200602_Countdown_73_FR_Video.ism/manifest(format=m3u8-aapl-v3)
Watch Title
Regarder « En confinement, 73e jour »
Watch Duration
946
Subtitle track
Listen
Listen Duration
Listen Title
Écouter
Heading 1 / Youtube ID
Text Content 1

« C’est important d’être à l’aise avec sa vie, de se sentir bien de l’intérieur. La vie le mérite bien. » – Prem Rawat


Les émissions quotidiennes de Prem Rawat « En confinement » présentent la façon dont ses interventions et son Programme d’éducation pour la paix aident les gens à trouver la paix en eux. Vous aurez bientôt des détails sur la possibilité de vous joindre à Prem virtuellement pour participer à ce programme.

Des histoires pour la vie

Événement avec l’auteur à Munich, Allemagne.

 

Prem Rawat

Toutes les histoires commencent par « Il était une fois ». L’histoire que je souhaite vous raconter commence également ainsi, mais il y a une toute petite différence, et la voici : « Il était cette fois-là où vous existiez ».

Vous avez écrit une histoire depuis que vous êtes né, mais vous ne l’avez pas lue. Vous êtes un élément de cette histoire incroyable, extraordinaire. Le fait que vous viviez aujourd’hui a un sens qui est bien plus grand que l’ensemble de tout ce que vous avez accompli, bien plus grand que vos ambitions, et pourtant on n’est pas conscient de la possibilité qui est offerte.

 

Trouver, connaître cette possibilité doit être la plus belle histoire jamais racontée en ce qui vous concerne. Est-ce une histoire sur la tristesse ? Seulement si vous décidez de l’écrire ainsi. Mais elle est destinée à être l’histoire d’une réussite si vous la laissez se dérouler. Si on regarde derrière nous, des millions, des millions et des millions d’espèces ont contribué à cette histoire.

Il a fallu des milliards d’années de transformation pour que ces algues, venues de l’océan, puissent arriver à vivre sur la terre et, malgré toutes les difficultés, s’adapter à la terre ferme et ne plus être dans l’eau. Tout cela est inclus dans cet être. L’emplacement des yeux, l’emplacement des oreilles, les caractéristiques de notre peau, l’emplacement de notre cœur, la forme qu’a pris notre corps, tout cela s’est combiné pour qu’une histoire puisse avoir lieu.

 

 Nous n’avons rien en commun les uns les autres sauf une chose : comme toutes les histoires, comme chaque histoire, cette histoire a également un début et une fin. Mais une histoire ne se caractérise pas par son début ou sa fin, l’histoire est ce qui se passe entre le début et la fin.

Et aujourd’hui, quand nous voyons le monde, nous disons : « Regardez, il y a ce problème, les gens se battent. » Oui, il y a des gens qui se battent, mais il y en a bien davantage qui ne se battent pas.

 

Il y a une règle concernant les prédateurs, vous connaissez cette règle ? La règle est qu’ils ne sont pas nombreux, plutôt rares.  Ce sont des prédateurs, ils sont au sommet de la chaine alimentaire, mais il y a beaucoup plus de gnous que de lions, beaucoup plus de gnous que d’alligators. Le résultat ? Les gnous continueront d’exister, et ils traverseront la rivière comme ils l’ont déjà fait de nombreuses fois. Ils le feront, encore et encore.

 

Et nous… Un jour quelqu’un m’a demandé, il y a environ trois ans : « Que va-t-il se passer ? Que va-t-il se passer ? » C’était une femme politique, elle a juste dit : « Que va-t-il se passer ? » et j’ai répondu : « Les gens gagneront. » Parce qu’il y a beaucoup de bonté dans ce monde, vous êtes là parce que la paix vous intéresse. Les gens disent : « On n’arrête pas de se battre depuis toujours. » En fait ce n’est pas vrai.

 

On a découvert récemment que le plus souvent les gens choisissaient plutôt la paix. Et quand ils avaient de la nourriture en abondance, ils assimilaient d’autres communautés. L’assimilation de gens différents manquant de nourriture n’était pas un problème, ils étaient accueillis volontiers. C’est pour ça que la taille des villes a explosé !

C’était seulement quand une rivière changeait son cours ou que l’eau commençait à manquer et qu’on ne pouvait plus irriguer que les gens se faisaient la guerre. C’était là que les gens se battaient.

 

Donc, quand les conditions étaient bonnes, c’était dans la nature humaine d’accueillir. C’est ce qu’on fait, on est ainsi. Donc, on peut savoir tellement de choses dans notre vie, mais sait-on qui on est ? La signification de ce souffle est-elle comprise ?

Un exemple. Récemment j’étais à Delhi, juste avant Puna, j’étais à Delhi, pour une conférence qui a rassemblé 200 000 personnes. Et l’an dernier un autre événement en a rassemblé 400 000. Et je leur ai demandé : « Connaissez-vous la signification de ce souffle ? » C’était magnifique, il y a eu un beau silence.

 

À votre naissance, dans la pièce où vous êtes né, lorsque vous êtes apparu… Je sais que vous ne vous imaginez pas comme ça. J’en vois ici certains qui sont rasés de près, d’autres portent une barbe qu’ils taillent, ce qui demande un entretien journalier, ils ont belle allure, ils sont élégants. Vous êtes tous beaux, élégants, et les femmes également.

Mais vous étiez alors tout nu, couvert de glaire, humide, et tous ceux qui étaient présents ne se préoccupaient que d’une seule chose, pas de savoir si vous étiez un garçon ou une fille, mais d’une seule chose : « Respiriez-vous ou non ? »

 

Puis le médecin a aspiré l’eau que vous aviez dans la bouche. « Respire-t-il ou non ? » Et si cela ne suffisait pas, il vous a tenu la tête en bas et vous a donné une claque sur les fesses.

La claque sur les fesses ce n’est pas pour vous donner une leçon. La claque, c’est pour vous faire crier. Vous avez crié, vous deviez respirer et apparemment vous avez respiré car vous êtes là.

Si vous n’aviez pas respiré et que vous soyez né à l’hôpital, si vous n’aviez pas respiré, devinez ? On ne vous aurait pas amené chez vous. Vous êtes rentré chez vous grâce … le premier souffle est exceptionnel, c’est toujours une inspiration, il le faut, une inspiration.

 

Et tout au long de votre vie, ce souffle va entrer en vous et en sortir, entrer et sortir, entrer et sortir. Et vous ne saurez même pas combien de fois. Quand vous vous endormirez, il sera là, pendant que vous vous amuserez, il sera là, quand vous serez dans vos pensées, il sera là, quand vous pleurerez, il sera là, quand vous rirez, il sera là, il sera là et il sera là. Tel un bon ami, dans les bons comme dans les mauvais moments, il sera là avec vous, et vous apportera à chaque instant le cadeau de la vie, chaque jour.

 

Ensuite ? Comme dans toute bonne histoire, il y aura une fin. Alors viendra le moment où, lors de votre dernier souffle, vous n’inspirerez pas mais vous expirerez.

Donc, en un sens, vous faites partie d’une même histoire et cette histoire commence par une inspiration et se termine par une expiration. Et entre les deux se déroule l’histoire qu’il vous faut écrire chaque jour.

Vous voulez partir à la découverte de ce que vous êtes ? Alors permettez-moi de vous dire que vous avez en vous un océan de réponses. Et pourquoi devez-vous savoir qu’il y a ce bel océan de réponses en vous ? Parce que dans les moments difficiles, quand vous serez fatigué, vous pourrez aller en vous pour ressentir la brise rafraîchissante et contempler les eaux claires de la compréhension de ce que vous êtes.

 

Parce qu’il y aura des moments comme ça. Il y aura des moments où les choses ne se passeront pas bien. Il y aura des moments où les choses ne se passeront pas comme prévu, des jours où vous n’aurez plus assez de force et où le lendemain semblera difficile à atteindre, où il vous semblera que tout ce que vous essayez de faire, que le chemin que vous avez emprunté, ne mène nulle part. Il y aura des jours comme ça.

Nous avons besoin de savoir qui nous sommes, qui nous sommes, ce qu’est le souffle, ce qu’est cette possibilité, de savoir que, même si nous sentons des problèmes en nous, les solutions à nos problèmes sont aussi en nous. Mes amis, ce ne sont pas de vaines paroles, je les assume pleinement.

 

Ce livre représente un petit effort pour vous transmettre quelque chose, encore et encore. Il y a des gens ici qui ne sont jamais venus m’écouter en personne.

Et un homme que je connais m’a dit qu’il gardait mon livre sur sa table de chevet. Si quelque chose le préoccupe, il y cherche une histoire appropriée, la lit et y trouve du réconfort, une aide.

J’espère que ce livre vous aidera également, parce que dans cette aventure de la vie, durant ce voyage, c’est important d’être bien avec soi-même, de se sentir bien en soi, car cette vie ne mérite rien de moins.