Gallery
Feature on Home
Feature order
Watch
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/f5b84544-7eaf-4b40-a1f2-062bca5c80b8/200327_Lockdown_Day_7_VIDEO_FR.ism/manifest(format=m3u8-aapl-v3)
Watch Title

« Vous savez ce qu’est la colère. Mais est-ce que la bienveillance, la compassion, la paix, la joie, le bonheur, vous sont fami-liers ? Ces choses se trouvent en vous. Tombez amoureux de ces attributs… et une chose en vous va favoriser ces attributs, plutôt que la colère, la peur et tout le reste. »
– Prem Rawat

Visionnez « Confinement, 7e jour », un message personnel de Prem Rawat au sujet de cette période éprouvante.

Watch Duration
1167
Subtitle track

Prem Rawat :

Et bonjour à tous. J'espère que vous vous en sortez bien, et pendant le week-end, j’ai pensé que ce serait une bonne occasion pour répondre à certaines questions.

Donc j’ai certaines questions ici, et la première question que je vais examiner vient de Sanjay, je ne sais pas exactement où il est, il ne le précise pas. Il dit : « J’aimerais vous remercier d’avoir partagé vos idées et vos impressions sur le confinement, cela m'aide vraiment à comprendre la réalité » Ah, très bien, « ça me donne force et espoir », et c’est exactement ce que je souhaite, que vous ayez de la force et de l’espoir.

« Les officiels du gouvernement donnent tellement de directives et de suggestions pour être en bonne santé et loin du coronavirus, ce serait vraiment bien que vous en donniez de votre côté ».

Merci d’écrire, Sanjay, et ce que j'aimerais vous dire, c'est cela. Vous savez, je ne suis pas un docteur ni un expert en virologie d’aucune manière, alors je ne fais pas du tout ça.

Mais je peux vous dire une chose. De tout ce que j'ai entendu et compris, deux choses : « Ne le transmettez à personne, et ne le recevez de personne. » C'est tout. Si vous êtes porteur, ne le donnez à personne, et ne le recevez de personne si cette personne est porteuse.

Quoi que cela demande, c'est très simple : lavez-vous les mains. Vous sortez, lavez-vous les mains. Relaxez-vous, sentez-vous bien, gardez l'espoir, soyez en sécurité, soyez patient. Vous aurez besoin de patience, la patience est nécessaire. Soyez patient, sentez-vous bien, et affrontez cela avec courage, pas avec vos faiblesses, mais avec courage.

Donc, j'espère, et de nouveau, ce que je veux dire, c'est que vous passiez un bon moment, même durant cette situation, parce que le bon moment dont je vous parle se trouve en vous, et puisez-y.

Donc, passez un bon moment ! Et venez de cet endroit où réside le courage et la patience et ayez deux buts : ne le transmettez à personne et ne le recevez de personne, quoi que cela implique.

« Pouvez-vous dire un mot au sujet des travailleurs indispensables, avez-vous un mot pour eux, en cette période ? » Venant de Casey. Merci d’écrire. De nouveau, ils font un travail formidable, ils risquent réellement leur vie afin que nous tous puissions continuer à avoir un semblant de normalité dans cette situation.

Alors, premièrement, j'aimerais remercier toutes ces personnes de par le monde qui font cela. Et deuxièmement, je pense, comme je l'ai dit à Sanjay, que nous avons vraiment besoin de puiser dans notre courage et notre patience, nous avons besoin de pratiquer ces deux choses-là en tant qu'êtres humains sur cette terre, spécialement dans cette période de coronavirus.

C'est ce que ça demande, cela demande approximativement quatorze jours de quarantaine, et puis, passer ce temps, sans devenir dingue, cela demande de la patience.

Alors, de nouveau, j’aimerais remercier personnellement toutes les personnes qui font cela et nous offrent cela, prenez bien soin de vous. Et manifestement, vous avez du courage, et continuez à faire ce que vous faites, afin que nous autres puissions continuer à exister et avoir une forme de normalité dans nos vies. Et, de nouveau, merci.

« Merci pour la bouée de sauvetage de sagesse que vous nous lancez. Pour beaucoup, c’est un moment d'isolement forcé, pour d'autres, ça veut dire être enfermé avec un enfant actif, ou des enfants, et pas de temps pour vous-même et davantage de stress et d’irritabilité. Les enfants ne comprennent pas ce qui se passe et veulent voir leurs amis, sortir et jouer.
J'apprécie énormément vos conseils parentaux et votre perspective. Avez-vous quelque avis durant cette période ? Merci, Wendy ».

Eh bien, mon avis est que les enfants vont embrayer sur votre irritation. Ne soyez pas irrité, si vous êtes irrité, c'est que quelque chose cloche. Quand ils commencent à sentir la chose qui cloche, c’est fichu. Croyez-moi, c’est fichu. À ce moment-là, c'est comme un parent frustré qui prend un enfant et lui dit : « Ne pleure pas ! » Et cet enfant se met à pleurer.

Alors, détendez-vous, tout va bien. Ce sont vos enfants, vous êtes près d'eux, interagissez avec eux. Ils ont la manière la plus innocente de voir cette chose. Ils ne voient pas le problème, ils voient davantage la solution, et la solution : « Pourquoi ne pourrions-nous pas passer un bon moment ? »

Vous pouvez passer un bon moment. Le coronavirus n'attaque pas les bons moments, d’aucune manière, vous devez simplement découvrir ce que sont ces bons moments. Et nous nous sommes tellement habitués à ces bons moments routiniers que nous avons oublié comment puiser dans ces bons moments.
Il était une époque où il n'y avait pas de télévision, où il n'y avait aucune forme de "divertissement", entre guillemets, où il n'y avait pas d'iPads, pas d'iPhones, pas de téléphones cellulaires, pas ces super-ordinateurs, rien !

Et alors, que faisaient les gens ? Les gens prenaient sur eux-mêmes, et même les moments de silence étaient bien, étaient merveilleux. Mais maintenant, c'est comme une punition.

C’est très étrange, mais quand un enfant fait quelque chose de mal, pour le punir on l’envoie dans sa chambre, s’asseoir et réfléchir ! Désolé, mais c'est une bonne chose. Vous l'utilisez comme punition, mais c'est une bonne chose, qu’une personne s’assoie et réfléchisse à sa journée parce que tout va tellement vite.

Alors, vous devrez peut-être réinventer ce que chacun savait à un moment donné, mais qu’on a oublié, et il s'agit en fait de réinventer ce moment avec cet enfant et de passer un bon moment !

Et peut-être de raconter une histoire, de l’observer, de l’étudier sous différents angles, de stimuler l'imagination, c'est tout ce dont un enfant a besoin. Tant que son imagination est en éveil, c’est fantastique. Quoi qu’il en soit, c’est mon opinion.

Ce n'est pas comme si j'étais un expert en parentalité ni rien de tout ça. J'espère que vous comprenez quel est mon point de vue. Merci d'avoir écrit.

Voici une autre question : « Comment puis-je favoriser la clarté ? Comment puis-je favoriser la sérénité, la bienveillance, la compassion, l’amour ? Comment arriver à vivre une vie empreinte de sécurité, de paix, de joie et de bonheur en se concentrant sur ce qui est réel ?

Alors, qui que vous soyez, votre nom ne figure pas ici, c'est une bonne question. Et le plus important, c'est que ces choses dont vous parlez, la bienveillance, la compassion, elles sont en vous, en vous.

Vous savez exactement ce qu'est la colère et à quoi elle ressemble. C'est cette émotion qui arrive et qui explose, vous devenez rouge, votre pression sanguine augmente, votre cœur bat la chamade ! Vous savez exactement ce qu'est la colère. Et une fois que la colère est passée, vous pouvez regarder rétrospectivement et dire : « Ah, cette chose m'a mis en colère. »

Êtes-vous également familier avec la bienveillance ? Vous savez ce qu'est la haine, mais êtes-vous également familier, autant que vous l'êtes avec la haine, l’êtes-vous autant avec la bienveillance ? La compassion vous est-elle familière ? La paix vous est-elle familière ? La joie vous est-elle familière ? Le bonheur vous est-il familier ?

Si ce n’est pas le cas, alors là réside le problème, parce que ces choses devraient vous être familières. Ces choses sont en vous à tout moment. Ces choses existent en vous absolument à tout moment. Ce n'est pas comme si votre bonheur vous quittait. Ce n'est pas comme si votre compassion vous quittait. Ce n'est pas comme si votre joie vous quittait. Quoi que vous fassiez, où que vous soyez, c'est absolument toujours là.

Tout comme la colère, tout comme la haine, tout comme la confusion, nous avons vraiment besoin de comprendre ces autres attributs. Et quand nous commencerons à comprendre ces attributs, alors quelque chose en nous va commencer à choisir ces choses plutôt que les choses que nous choisissons par défaut, qui sont la colère, la peur et tout le reste.

Pour tellement de gens, avec ce coronavirus, la plus grande chose, c’est qu’ils ont peur. Et pourquoi les gens ont-ils peur ? « Oh, qu'est-ce qui va m'arriver ? » Quand on regarde les chiffres, et je les regardais ce matin, il y a bien plus de gens qui sont morts de mort naturelle que par ce coronavirus.

Mais ce n'est pas juste, ce n'est pas bon, je ne dis pas ça. Mais quand on regarde les chiffres en termes de ce qui arrive chaque jour, ce n'est pas quelque chose d’énorme ! Les chiffres ne sont pas si élevés, bien qu’ils grandissent de manière exponentielle. Et de nouveau, beaucoup de dirigeants de ce monde ne font pas un très bon boulot pour diriger les gens.

Mais en dehors de tout ça, que pensez-vous qu'avoir peur de ce coronavirus va vous apporter ? Absolument rien. Tout ce que vous avez à faire, c'est d'avoir ce but : ne le transmettez à personne, ne le recevez de personne.

Donc, nous sommes familiers avec certains attributs que nous avons, mais nous ne sommes pas familiers avec ces autres attributs. Se connaître soi-même veut également dire connaître ces autres attributs. « Oui, j'ai de la colère, mais je n'aime pas la colère, mais j'ai de la compassion, j'ai de la joie ». Et plus vous devenez familier avec, plus c’est facile de les choisir.

Comprendre qui vous êtes, connaître votre valeur. Et c'est un exemple que je donne, c'est « Quelle est la valeur d'une boîte, d'une petite boîte ? » Et peut-être, tout ce qu'elle contient, c'est une bague, et la valeur de la bague est de l'ordre de 200 000 dollars. Alors quelle est la valeur de la boîte ?

Eh bien, peut-être que la valeur de la boîte elle-même, c’est quelques dollars, cinquante dollars, dix dollars, vingt dollars, peu importe. Mais tant que cette bague est dans cette boîte, la valeur de cette boîte est celle de 200 000 dollars.

C'est ce que vous devez comprendre. Retirez la bague de la boîte et la valeur de cette boîte est de cinquante dollars ou cinq dollars, dix dollars, peu importe. Donc tant que cette bague est dans cette boîte, la valeur de cette boîte est égale à cela.

Alors, c'est la même chose qui se passe avec vous. Tant qu’en vous, il y a cette chose appelée la vie, votre valeur est infinie. Retirez ça et bien sûr, plus rien, ce n'est qu'une boîte. Et c'est ce qui arrive.

Soyez davantage familier avec ces attributs que vous avez, tombez-en amoureux. Alors vous pourrez profiter de cette vie encore et encore davantage.

Une autre question : « Merci, Prem. Pourrais-tu dire quelque chose à ceux qui ont le virus ? J'ai envoyé les liens des clips “En confinement” à beaucoup de gens qui ne te connaissent pas, et c'est vraiment fantastique pour beaucoup d’entre eux. »

Eh bien, tout ce que je peux dire, de nouveau, c’est la même chose. Faites cela, vous avez le virus, on vous l’a dit, soyez patient, sentez-vous bien, dormez bien, et affrontez cette chose avec courage, affrontez-la avec courage, pas avec peur, mais avec courage.

Vous irez mieux. Les gens veulent que vous alliez mieux, mais vous avez besoin d’avoir cet espoir qui vient du fond de vous.

Faites-le avec courage, avec patience, laissez les choses suivre leur cours, faites les pas qui sont nécessaires, sentez-vous bien ! Faites les choses qui sont nécessaires. Et j'espère que vous allez vous rétablir très rapidement, ce serait merveilleux.

Voici quelqu'un qui écrit : « Bonjour, Prem, j’aimerais te remercier pour tout ce que tu m'as montré et pour m'avoir aidé.

Il y a quelques années, ma fille qui avait sept ou huit ans m'a demandé : « Papa, quand je mourrai, est-ce que je me souviendrai de toi, et quand tu vas mourir, est-ce que tu te souviendras de moi ? » Je ne voulais pas lui prendre la tête, alors je lui ai répondu simplement : « Bonne question, mais je ne sais vraiment pas. » Et j’y ai beaucoup pensé depuis. Donc la question est : « Est-ce que le cœur a une mémoire ? Ou est-il seulement conscient du moment présent ? »

Lorsque vous aimez quelqu'un et que vous êtes avec cette personne, qu'est-ce que vous en retirez exactement ? Qu'est-ce que cette personne vous apporte ? Lorsque vous voyez cette personne que vous aimez, elle vous apporte de la joie, alors qu'est-ce que cela signifie, la joie, vous apporte de la joie ?

À quoi ressemble la joie ? Est-ce que son nom est écrit dessus ? Ou est-ce que cela vous fait simplement vous sentir bien, d'être avec cette personne, de penser à cette personne ?

Et c'est ce que le cœur sait, connaît, ce sentiment, cette bonté, cette joie que cette personne peut vous apporter, comme un catalyseur, elle agit comme un catalyseur.

Et bien sûr, au fil du temps, si vous vous êtes apportés mutuellement de la joie, elle pour vous et vous pour elle, alors vous porterez cette joie en vous, sans aucune étiquette, sans aucun nom, pour toujours, parce que le cœur veut être comblé.

Et quand vous allez chez quelqu'un et que vous avez un dîner merveilleux, vous n’emmenez pas ce dîner avec vous où que vous alliez pendant une semaine, deux semaines, trois semaines. Mais vous vous souviendrez de ces bons moments que vous avez passés pendant ce dîner. Et la vie est comme ça.

Alors, j'espère que cela répond à votre question, et je ne suis pas très spécifique là-dessus, je le sais. Mais le cœur veut être comblé, et si elle vous apporte de la joie et que vous lui apportez de la joie, alors c'est ce qui est important dans les relations, que nous comprenions vraiment qu'il s'agit de ça, comment je peux apporter de la joie à cette autre personne et comment je peux recevoir la joie que cette personne m'apporte ?

Alors, il s’agit simplement de ça, seulement de ça. Et c'est le cadeau que vous lui donnez, un cadeau qui est inestimable, on ne peut pas lui mettre un prix, et sa valeur est infinie. Et la joie qu'elle vous apporte, sa valeur est infinie, il n'y a pas de limite à cela.

Alors, j'espère que cela vous aide. Donc, merci beaucoup, et je vous revois tous très bientôt. Il y a encore des questions, à propos, mais on doit maintenir le temps.

Et je vous revois demain ! Merci.