Imprimer
Catégorie : La peur
Affichages : 21
Featured Question
Featured Question Subtext
Images
Watch
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/5b1682c4-53a0-40d3-8a46-557931e78259/Clip_1_151203_Joburg_720.ism/manifest
Watch Title
Regarder
Watch Duration
154
Listen
Listen Title
Listen Duration
Gallery
Gallery Title
Document
Document label
Feature on Home
Feature order
Subtitle track
//tt-streamingendpoint-ttmediaservices01.streaming.mediaservices.windows.net/5b1682c4-53a0-40d3-8a46-557931e78259/PPL-5-Fear-132-A_Worry_Free_Room_fr.vtt

Sans la paix, ce monde va se désintégrer. Il n’y a rien, pas de colle.

Quand un être humain commence à détester un autre être humain, on sait que c’est le commencement de la fin.
Quand un être humain donne des raisons pour ne pas accepter un autre être humain, les raisons deviennent plus importantes que la réalité fondamentale qui est que vous êtes un être humain, et que l’autre est aussi un être humain.

Et éliminer cette autre personne est une négation de la vie. Ce n’est pas bon pour la vie.

Gandhi disait : «Si chacun rendait œil pour œil, le monde entier serait aveugle. »
C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui. Le monde devient aveugle.

La terreur qui s'abat sur nous... Quand on va dans une pièce de sa maison ou de son appartement, ou dans sa chambre, qu’on ferme la porte et qu'on s'assoit sur son lit, on se sent bien, car quand on ferme cette porte, on laisse le monde dehors.

On est peut-être seul sur son lit, ou bien avec quelqu’un, mais on a le sentiment que tout va bien. Quand ce sentiment-là nous est retiré, qu’on s’assoit sur son lit en se demandant si on va se réveiller le lendemain, en se demandant si on arrivera à dormir cette nuit-là, alors une partie fondamentale de l’être humain nous est retirée.

– Prem Rawat