Imprimer
Catégorie : Actualités
Affichages : 464
Gallery
Feature on Home
Feature order
Watch
Watch Title
Watch Duration
Subtitle track

La Fondation Prem Rawat (TPRF) s’est donné pour mission d’aider tous les êtres humains à vivre dans la dignité, la paix et la prospérité partout dans le monde.

Au cours de l’année 2018, TPRF a donc entrepris de nouvelles actions pour soulager des personnes confontées à des situations extrêmes : pauvreté, faim, addiction, violences de rue, etc. Le nombre de participants à son Programme d’éducation pour la paix (PEP), mis en œuvre par des bénévoles et des institutions publiques, a presque doublé.

« Le principe du Programme d’éducation pour la paix est de vous faire prendre conscience que vous êtes en vie, déclare Prem Rawat, le fondateur de TPRF. Chaque jour est rempli d’un espoir incroyable. »
Avec le PEP, des gens de toutes sortes découvrent leur force intérieure et choisissent de prendre un autre chemin pour leur vie. Comme les jeunes du gang des Bloods à Ibarra, en Équateur, qui ont décidé de déposer leurs armes. Dorénavant, ils consacrent leur énergie à construire des projets pour leur quartier.

Pour la Journée internationale de la paix de l’Onu, en septembre, ils ont réalisé un clip musical pour remercier le Programme d’éducation pour la paix. La vidéo a été vue plus de 5,5 millions de fois sur les réseaux sociaux du monde entier.

L’éducation pour la paix redonne aussi de l’espoir aux victimes et aux anciens combattants au Sri Lanka et en Colombie. Les gouvernements de ces pays ont intégré le programme PEP à leurs efforts de réconciliation pour construire une culture de la paix à long terme.

« J’ai passé presque toute ma vie dans les combats, confie un ancien combattant du Sri Lanka qui a terminé la formation cette année. Le PEP m’a apporté la paix de l’esprit. Maintenant, je ne veux plus de guerre. »

Food for People* (FFP), un autre programme phare de la fondation, sert des centaines de milliers de repas à des enfants souffrant de malnutrition et des adultes malades en Inde, au Népal et au Ghana.
Kenneth Odjamgba en est un exemple. Grâce au centre FFP d’Otinibi, au Ghana, il a été le premier à suivre une formation universitaire. « Sans le soutien de FFP, j’aurais abandonné mes études depuis longtemps », confesse-t-il.

TPRF a aussi poursuivi ses actions humanitaires en 2018 pour répondre à des situations d’urgence. Elle a continué à financer des dispensaires ambulants en Inde pour apporter des soins oculaires de pointe à près de 6 000 personnes issus de 69 villages éloignés de tout. La fondation a recueilli 40 000 dollars pour fournir des soins médicaux de première urgence aux victimes des séismes et du tsunami en Indonésie.

Prem a rencontré des prisonniers, notamment au centre de détention Metro-West de Miami et à la prison Twin Towers de Los Angeles, qui est le plus grand centre pénitentiaire et de santé mentale au monde. Quelques mois auparavant, il avait rencontré les dirigeants et les bénévoles du Lambeth Community College, transmettant un message d’espoir, « Peace is possible » (la paix est possible).

L’article original est paru sur : https://www.tprf.org/.