En confinement avec Prem - 69e jour

« La force même qui traverse l’univers, vient à vous sous la forme du souffle. » – Prem Rawat

Le souffle intemporel

Brighton, Royaume Uni.

Donc, je suis ici pour vous parler, et le thème d’aujourd’hui est un thème très intéressant : « Le souffle intemporel. » On peut se demander alors : « Qu’est-ce que ça veut dire ? Le souffle est-il vraiment intemporel ? » Pour le comprendre il faut revenir en arrière et, pour le comprendre, on doit comprendre ce que le souffle représente pour nous, ce qu’il signifie.

Le souffle pénètre en vous et vous êtes vivant ! Vous ! Donc ce que je veux dire par là, c’est que le souffle ne représente pas seulement un échange d’oxygène et d’oxyde de carbone, mais qu’en réalité il représente la vie, l’existence !

Il est vrai que la plupart des gens ne peuvent dissocier ce qui se passe dans leur vie de leur propre existence. Il se peut que pendant un très bref instant, ils finissent par le comprendre, mais c’est toujours assez triste, parce qu’ils sont peut-être sur un lit d’hôpital en train de vivre leurs derniers moments. Ils réalisent alors qu’ils sont impuissants et que leur départ semble assez imminent. Et là finalement, on arrive à dissocier tous les événements de sa vie de cette chose qu’on appelle “l’existence”.

Et plus on comprend le pouvoir de cette existence, plus on est à même de façonner tout ce qui l’entoure. C’est elle l’élément central, pas les choses qui nous entourent, car elles changent constamment. C’est leur nature !

Ce que vous aimez aujourd’hui, il se peut que vous ne l’aimiez plus demain. C’est la nature des envies, si les envies ne changent pas, elles n’ont aucun intérêt. Mais elles changent en permanence. Vous achetez une nouvelle télé, le temps de l’apporter chez vous, de la brancher, de l’allumer, il y a une publicité pour une nouvelle télé et vous aurez envie de celle-là.

Comme l’a dit Marc-Aurèle : « L’univers c’est le changement, vivre c’est comprendre. », « Le plaisir le plus noble, le plaisir le plus noble est dans la joie de comprendre » Léonard de Vinci. Et quand on peut se comprendre soi-même, quand on peut comprendre ce qu’est ce souffle… L’univers entier, l’existence a permis que vous existiez.

Et c’est plus ou moins une exception, ce n’est pas comme si toutes les 200 années-lumière il y avait un autre système solaire avec d’autres personnes, non ! C’est toujours la même chose et on n’a trouvé personne d’autre que nous, or on cherche depuis vraiment, vraiment très, très longtemps.

C’est l’exception et non la règle d’exister, d’être en vie, de respirer, de penser, et d’avoir en soi la possibilité d’être comblé. Qu’est-ce que ça signifie ?

Vous savez ce qui entrave le plus la compréhension ? Le plus grand obstacle à la compréhension, c’est l’idée préconçue qu’on a dans la tête de ce que sont la satisfaction, la clarté et la compréhension, tant que, dans sa vie, on ne prend pas la responsabilité de se demander ce qu’on ressent.

Qu’est-ce que je ressens ? Là, qu’est-ce que je ressens ? Aujourd’hui, qu’est-ce que je ressens ? Est-ce que je ressens de l’appréciation dans ma vie ou non ?  Qu’est-il donc arrivé à ce qu’on appelle « l’appréciation » ? Disparue !

Et sans appréciation, il ne peut pas y avoir de gratitude. Et qu’est-ce qui arrive quand il n’y a pas d’appréciation ? La cupidité, car l’appréciation est le seul antidote à la cupidité. Les gens cupides, la seule chose qu’ils ne peuvent pas faire, c’est apprécier. S’ils se mettaient à apprécier, ils ne seraient plus cupides.

Ah, connaissez-vous la nature humaine ? Quand vous appréciez quelque chose, vous faites une chose très spécifique. Si vous entendez une chanson que vous aimez à la radio dans votre voiture, que faites-vous ? Vous augmentez le volume, vous voulez partager ce plaisir, vous voulez le montrer, vous voulez le partager !

Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui veut apprécier ? Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui veut jouir de la clarté dans sa vie ? Êtes-vous familier avec cette part de vous-même ?

Êtes-vous…  Écoutez ce que je dis : « Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui apprécie la paix ? Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui veut le bonheur ? Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui respecte profondément la connaissance ? Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui veut exprimer la bonté la plus sincère ?

Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui veut célébrer cette existence ? Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui veut ressentir la gratitude ? Êtes-vous en contact avec la part de vous-même qui considère tout cela comme ce que vous pouvez réaliser de plus élevé dans votre existence ?

Combien d’êtres humains, à votre avis, ont vécu sur terre avant vous ? Et voilà, vous êtes là. Qu’avez-vous de différent ? Quoi ? Vos reins ? Votre pancréas ? Vos genoux, vos chevilles ? Qu’est-ce qui vous rend différent ? L’unique chose qui vous rend différent est de pouvoir comprendre. Que comprenez-vous ? C’est la seule chose.

Ce souffle est la vie qui se manifeste pour vous. Ce pouvoir qui imprègne l’univers tout entier vient en vous sous la forme de ce souffle et il vous permet d’être, d’être. Pour que vous puissiez comprendre !

Et c’est alors, et seulement alors, que ce souffle devient intemporel car votre compréhension est intemporelle, car vous avez compris que votre présence ici ne se limite pas au passage du temps. Mais vous avez voulu en sortir et vous avez osé toucher l’intemporel. Le fini, que vous êtes, a osé essayer d’atteindre l’infini. Et c’est à ce moment-là que le souffle devient intemporel ! C’est à ce moment-là que cette existence devient intemporelle. Accueillez celui qui est dans votre cœur, pas dans votre tête, accueillez celui qui est dans votre cœur !

Vous pouvez avoir un iPhone moderne, vous pouvez avoir un téléphone Android moderne, mais ce que vous écrivez dans les SMS ou dans les emails, ou sur Twitter ou Facebook, peut néanmoins toujours exprimer la bonté et l’humilité. Ce n’est pas incompatible.

Dans ce monde de paradoxes, vous pouvez encore ressentir de la joie, mais il vous faudra trouver la joie non pas à l’extérieur mais en vous. Voilà. Recherchez-vous la bonté chez les autres ? Alors recherchez la bonté en vous et, si vous ne trouvez pas la bonté en vous-même, n’essayez même pas de la chercher chez les autres.

Votre potentiel est dans la capacité de comprendre. Comprenez ! Comprenez l’intemporel, comprenez la vie, comprenez la joie, comprenez cette divinité qui danse en vous. Comprenez ce que veut dire être humain, comprenez ce que veut dire être en vie, comprenez ce que veut dire voir clairement, comprenez ce que veut dire nager dans l’océan des réponses.

Comprenez ! Et chaque jour, éveillez-vous à la possibilité que votre cœur soit comblé ! Alors vous commencerez à comprendre le souffle intemporel.